Par Marie-Paule Dessaint, Ph.D., auteure, conférencière et biographe

Il existe un lien évident entre les capacités de la mémoire et l’environnement physique et affectif dans lequel une personne évolue.

Dans le livre de Boris Cyrulnik, De chair et d’âme, un passage m’a particulièrement intéressée parce qu’il traite du rôle que l’entourage d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut jouer dans l’exacerbation des symptômes, ou, au contraire, dans leur atténuation. D’après l’auteur, l’empathie diminue les symptômes, surtout quand les aidants laissent la personne s’exprimer totalement, l’encouragent même à continuer de parler par leurs paroles ou leurs mimiques, même quand elle répète et répète encore les mêmes souvenirs du passé comme s’ils se passaient là, maintenant.

En revanche, lorsque tout tourne autour de la maladie, des pertes de capacité, des traitements, des médicaments et que la personne est considérée et traitée comme une malade, une démente cette ambiance ne fait que qu’accentuer le sentiment d’être rejetée.

Alors, les symptômes s’exacerbent.

Mon commentaire : Toute personne (soignants, aidants, etc.) qui entre en relation avec une personne malade, en état de vulnérabilité, en perte de mémoire, d’autonomie, qui vieillit, qui arrive en fin de vie, etc., devrait connaître les pratiques de l’haptonomie.

L’haptonomie

«L’haptonomie est une pratique récente traitant de l’affectivité, ou des lois qui régissent les mécanismes affectifs en particulier dans les relations interpersonnelles. La pratique de l’haptonomie consiste à entrer en relation par le toucher, le contact affectivo-psycho-tactile (il s’agit d’une approche relationnelle et tactile qui ne dirige jamais, qui ne soumet jamais, mais qui guide, qui accompagne, qui soutient).

Dans sa mise en œuvre, il ne s’agit pas d’un type de thérapie, mais d’une méthode qui vise à relaxer et faciliter la guérison et la compréhension par le toucher. Elle est surtout pratiquée dans le cadre néo-natal (accompagnement périnatal, premiers contacts du nouveau-né), parfois aussi dans l’accompagnement de fin de vie des personnes âgées.» (définition de Wikipedia)

Extrait de La mémoire. L’entretenir et la développer

Je reviendrai plus tard sur ce sujet que j’ai traité dans Cap sur la retraite. 25 points de repère pour franchir les transitions, notamment dans le point de repère touchant les desiderata de fin de vie.

Livres références

Leave a comment