Par Marie-Paule Dessaint, auteure, conférencière et biographe

Intéressez-vous vraiment à votre interlocuteur, jonglez avec les nombres, maîtrisez les mots….

Voici quelques exercices destinés à améliorer notre capacité d’attention et de concentration. Car, sans attention, ni concentration, rien, ou presque, ne peut entrer dans la mémoire

1. S’intéresser à son interlocuteur

Au cours d’une conversation, observez à quel point, bien souvent, vous n’êtes pas attentif aux propos de votre interlocuteur (ou inversement) Remarquez que vous êtes plutôt en train de penser à ce que vous allez lui répondre et dire… à propos de vous-même (ou inversement)


Écouter l’autre est important, car non seulement vous lui faites plaisir (et le respectez!) mais vous apprenez à mieux VOUS connaître vous-même.

Concentrez-vous aussi sur le sujet dont vous discutez et menez la conversation jusqu’au bout sans sauter sans cesse d’une idée à l’autre.


Je raconte souvent dans mes cours consacrés à la mémoire cette anecdote; une histoire vraie. 
Dans une soirée, une dame qui venait de perdre douloureusement son conjoint, rencontre un «ami» qui était présent surtout pour rencontrer le maximum de personnes «importantes» afin de distribuer ses cartes d’affaires. Il la croise, lui serre la main et lui demande: Comment vas-tu?

Elle répond: Un peu triste. Je viens de perdre mon conjoint. Il a eu un accident. Il est mort.

L’autre répond: Ah, c’est bien…. et il continue sa petite tournée… sans réaliser quelle affreuse gaffe il venait de commettre.


Combien de fois vous est-il arrivé de rencontrer quelqu’un que vous connaissez à peine, qui, pendant des heures, déverse sur vous, toute sa vie, sans s’intéresser à ce que vous dites et en vous coupant la parole dès que vous tentez de placer un mot ou une idée? Quel effet cela a t-il produit sur vous?

2. Jongler avec les nombres

  • Comptez mentalement à rebours, de 100 à 1 au rythme d’un nombre à la seconde sans vous laisser déconcentrer par d’autres pensées. Gardez le rythme.
  • Faites des calculs mentaux, tout en imaginant les nombres sur un tableau. Ces calculs doivent être de plus en plus complexes.

3. Maîtriser les mots

  • Prenez l’habitude de parler lentement en vous concentrant sur vos idées, mais aussi sur les mots. Parler clairement, distinctement et faire l’effort de bien se faire comprendre atteste une pensée claire, limpide, précise et posée.
  • Ordonnez votre calligraphie de la façon la plus harmonieuse possible. En plaçant à leur place, les accents, la ponctuation, les points sur les i, les barres sur les t, en respectant les marges et les espaces entre les lignes ou encore en distribuant mieux les mots sur chacune des lignes.


Cet exercice de calligraphie permet non seulement d’améliorer la concentration et la mémoire, mais aussi certains aspects du caractère: impatience, impulsivité, procrastination, manque de confiance en soi, désordre, etc.


En consultant un livre consacré à la graphoanalyse, vous pourrez constater à quel point l’écriture en dit long sur soi-même, autant sur les habiletés intellectuelles que sur la santé, le caractère, les talents et les capacités.

À suivre: des exercices pour se concentrer sur les sons, les images et les objets, pour respirer en cadence pour mieux apprendre, pour aiguiser les cinq sens, les portes d’entrée de la mémoire, pour mieux se souvenir des noms, etc.

Ces quelques exercices ont été publiés dans mon livre Bien vivre, mieux vieillir. Guide pratique pour rester jeune. Livre aujourd’hui épuisé mais dont je vais reprendre tous les exercices importants que j’y avais suggérés

Livres références

Leave a comment