Portrait de retraité. Gaston Y. Gagnon: la résilience

L’année dernière (2019) Gaston Y. Gagnon est passé à mon bureau acheter Relire sa vie. 21 récits pour vous guider, car il avait l’intention d’écrire l’histoire de sa vie, une vie bien mouvementée et un peu triste depuis le décès récent de sa conjointe. Nous avons discuté un moment et lorsqu’il m’a dit qu’il avait acheté mes deux autres livres, je lui ai demandé s’il voulait bien me donner son avis sur la retraite en général, et sur la sienne en particulier.

Et puis, nous avons un peu discuté à distance, et voici le contenu d’une de nos conversations par courriels. Il a bien voulu que je la reproduise ici.

Elle illustre bien un autre aspect de la retraite qu’on ne voit pas souvent venir aussi rapidement, même si l’on est prêt sur tous les plans.

Une retraite heureuse, à deux…

Par Gaston Y. Gagnon

Ah! La retraite. Pour le passionné que je suis, il était relativement facile de préparer ma retraite. J’avais déjà plusieurs passions actives sur lesquelles je pouvais mettre l’accent après le travail. En fait, je serais aussi occupé que lorsque je travaillais. Ma fille m’a dit un jour:

Papa, je ne comprends pas pourquoi tu as encore un agenda!» Bien simple lui dis-je, «J’ai tant de choses à faire et je ne veux rien oublier.

Cependant, une retraite heureuse se vit à deux. Mon épouse, aussi passionnée que moi, avait également ses propres passions. Si nous avions voulu poursuivre à fond nos activités mutuelles, la vie de couple ne pouvait plus fonctionner.

Nous avons donc convenu d’évaluer nos désirs en fonction du couple, mais aussi en fonction de nos intérêts personnels. Avoir des activités communes était impératif, mais sans négliger notre individualité et pouvoir accéder à des activités propres à soi.

C’est ainsi que nous avons pu bâtir une retraite enrichissante et mener une vie de couple harmonieuse.

C’était la retraite et nous étions tellement heureux. Mais comme dans toute vie, le malheur frappe au moment où l’on s’y attend le moins.

Mon épouse meurt du cancer…

Mon épouse est décédée après plus d’un an à lutter contre le cancer. C’en était fait. Que de conseils j’ai reçus alors!

Ne pleure pas, passe à autre chose, refais ta vie, fais le ménage de tes souvenirs, etc.

STOP! Je vais choisir mes propres recettes, celles que la vie m’a apprises.

Mes «recettes» pour m’en sortir

J’ai le droit de pleurer. Mon épouse est décédée, OK! J’ai le droit de pleurer, de crier, d’avoir de la peine et de m’ennuyer.

J’ai choisi de prendre le temps, mon temps pour apaiser ma douleur, mais la vie continue et je devais reprendre le flambeau. Quoi faire?

Ne jamais prendre de décision quand ça va mal. Je devais prendre le temps de dormir là-dessus et lorsque je me sentirais mieux ou en paix, je déciderai alors de la suite des choses.

Le lendemain, petit à petit, je transforme mon milieu de vie; décorations, nouveaux meubles, nouveaux vêtements, etc. Petit à petit aussi, j’ai fait le ménage de mes souvenirs physiques (photos, etc.), mais j’ai gardé dans mon cœur tous ces beaux souvenirs d’une vie bien remplie que, jamais au monde, je ne voudrais oublier.

J’étais en paix.

Le bonheur est au présent, mais il faut le nourrir car, comme le disait si bien Félix Leclerc en ses mots, si tu ne t’en occupes pas, il va prendre la porte.

La résilience. J’en avais «rien à cirer» de m’apitoyer sur mon sort.

Je me retroussai les manches, fit finalement le deuil de la maison et décidai de déménager dans une résidence pour personnes âgées autonomes avec tous les services possibles, ce qui me permettait de continuer à vivre mes passions, à cultiver mes amitiés et terminer ma vie en beauté et heureux.

Portrait de retraité La résilience Gaston Gagnon

Merci, monsieur Gagnon, pour ce témoignage et, indirectement pour vos conseils permettant de retomber plus facilement sur nos pieds quand le malheur frappe à notre porte même si, comme vous l’écrivez si bien, chacun de nous a intérêt à concocter ses propres recettes à partir des ingrédients que la vie lui a fournis (enseignés).

______

17 décembre 2020

Un petit message supplémentaire de Gaston…

Bonjour Marie-Paule,
Le texte que je t’envoie est la suite logique de « Ah! La retraite ».

En pleine pandémie

Après un mois à m’installer dans mon nouveau et petit logement, la pandémie de COVID 19 frappe de plein fouet et je suis confiné dans mon logement pour presque deux mois sans « voir un chat ».

J’ai choisi de prendre ce temps pour réfléchir, à écrire l’histoire de ma vie, à penser à ce que pourrait être le reste de ma vie et j’en suis fort aise.

Ouvrir sa porte et son cœur

Au sortir du confinement, en paix et heureux, j’ai fait la rencontre fortuite d’une amie qui habitait dans un autre logement tout près. Elle comme moi avons vécu des passions et des revers, avons vécu dans les mêmes milieux et avons connu des combats similaires et de multiples deuils.

Mais, elle comme moi étions en paix avec notre passé… la porte était ouverte.

C’était un cadeau que la vie nous offrait et nous avons ouvert notre cœur tout grand à une nouvelle vie. Nous partageons nos jours depuis comme un doux parfum, une brise d’été qui nous nourrit de jour en jour. Nous avons trouvé, enfin, le bonheur rêvé.

Ouvrez votre porte et votre cœur, il n’est jamais trop tard!

Se tenir debout

L’amour n’est pas tout

Il a besoin de s’irradier dehors! Je me suis donc investi notamment dans les mesures d’urgence de ma résidence: Établir un protocole d’intervention incendie; nommer et former des bénévoles capables d’intervenir sur chaque étage; rencontrer, écouter, connaître et aider les 375 résidents en assurant d’abord leur sécurité et en proposant et en appliquant des mesures d’aide en fonction de leur situation.

Ce choix m’a valu la reconnaissance de tous et beaucoup d’amis au passage.
Cesser mes implications et mes activités est impensable pour moi. J’aurais l’impression de mourir à petit feu alors que j’ai encore le feu sacré.

Ne vous demandez pas ce que les gens peuvent faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour eux!  (Citation adaptée de ce que John Fitzgerald Kennedy disait à propos de son pays!)

Bonne retraite!

_______

Et vous? Quelle est votre histoire? Que voulez-vous partager sur votre retraite? Écrivez-moi, si vous le souhaitez et je vous ajouterai sur mon site. 

Vous pourriez aimer lire cet article  Les 21 habitudes des gens heureux

et peut-être lire un de ces livres sur la retraite

 

 

 

Leave a comment